Il y a comme ça des langues plus difficiles à apprendre que d'autres. Le Chinois, par exemple, ou le Japonais, sont paraît-il extrêmement longues à maîtriser pour les occidentaux. Personnellement, je n'ai pas essayé; je sais par contre qu'une autre langue, beaucoup plus proche sur le plan géographique, m'est cependant inaccessible à jamais.

J'entends par là que je ne saurai jamais parler le Bureaucrate. Si vous voulez savoir ce que peut donner un orfèvre en la matière, je vous conseille la lecture des pages 32-33 du Journal du CNRS, numéro de juillet-août 2010 (lien en fin de ce billet). Un expert ès-Bureaucratie nous y délivre quelques éléments de langage. Au menu, rien que de l'artistique. Je ne parle pas seulement du vocabulaire, mais aussi de la syntaxe. Voyez plutôt...

  • "Comme l'efficacité [...] passe nécessairement par le croisement des logiques scientifiques et gestionnaires"
  • "[...] le décret a affirmé le CNRS en tant que réseau. La DGD-R [...] contribue à l'animation et à la dynamique de ce réseau [...] elle [...] fluidifie le dialogue de gestion."
  • "... il convenait de mettre fin à une certaine atomisation des structures et des processus... "
  • "... il s'agit de déplacer les périmètres d'action..."
  • "... nous serons à pied d'oeuvre pour les grands chantiers qui nous attendent afin d'affirmer loe CNRS comme figure de proue des évolutions de la recherche française."

Et les lendemains chanteront... L'Homme, libre enfin de ses chaînes, se dressera vers un avenir radieux et une ère nouvelle. Enfin, tout ça, quoi...

Je vous vois saliver d'ici. Chasseurs de têtes, directeurs de grands groupes, vous voulez tous savoir le nom de ce petit prodige, que vous rêvez sans aucun doute de débaucher.

Il s'appele Xavier Inglebert, mais vous arrivez trop tard. Son coeur n'est plus à prendre. Il est en effet devenu directeur de la Direction Générale Déléguée aux Ressources, que nous connaissons tous sous le sigle DGD-R. Pour d'autres sigles que nous connaissons tous, voir les mêmes pages 32-33. Vous y retrouverez la DGD-S, la DCIF (ce n'est pas un produit de ménage), la DSFIM, le BPC, l'Ipam, sans compter l'Urec et la désomais fameuse DSI. Ah pardon, j'oubliais le Cesi...

Pour l'intégralité de son speech, voir ici: 20100728120918022. Je vous laisse dévorer l'intégralité de son discours, qui ravirait sans doute un sémiologiste.

Ah, Roland Barthes! Tu nous manques... Si tu n'avais pas raté ce type d'une petite trentaine d'années, tu nous l'aurais sans doute placé quelque part dans ta 25ème édition de Mythologies...